Search

Faits sur les tumeurs cérébrales - Points de vue de médecins experts

Date de la dernière mise à jour: 09-Apr-2022

15 minutes de lecture

1-brain-tumor-20cf3f87-78e4-4443-b29c-4f2497c83c39.jpg

Nous savons tous que le cerveau est le maestro du corps. Tout, chaque fonction et chaque organe de notre corps est contrôlé par le cerveau. Même le moindre mouvement des doigts est contrôlé par le cerveau.

Nous savons tous que le cerveau est l’organe qui est présent dans le crâne et qui est entouré d’une sorte de liquide, mais vraiment, qu’est-ce que le cerveau en termes de science?

Le cerveau est l’organe complexe qui contrôle la pensée, les émotions, la mémoire, le toucher, la motricité, la vision, la respiration, la température, la faim, la soif et tout autre processus qui régule les fonctions du corps.

La moelle épinière qui s’étend à partir du cerveau et le cerveau lui-même forment le système nerveux central ou le SNC.

Chez l’adulte moyen, le cerveau pèse environ 1,5 kg et environ 60% de sa constitution est faite de graisse. Quant aux 40% restants, ils sont une combinaison de protéines, d’eau, de glucides et de sel. Certaines personnes peuvent être confuses quant à la nature du cerveau. Parce que certains disent, « entraînez votre cerveau », vous pourriez vous demander, est-ce du muscle?

En effet ce n’est pas un muscle. Il contient des vaisseaux sanguins, des nerfs, des neurones et des cellules gliales. Vous avez aussi sûrement entendu un médecin dire que le cerveau est composé de matière grise et de substance blanche.

 

Alors, qu’est-ce que la matière grise et la substance blanche?

Le système nerveux central - le cerveau et la moelle épinière - a deux parties différentes. Dans le cerveau d’une part, la matière grise fait référence à la zone externe la plus sombre du cerveau. Alors que la substance blanche décrit la section interne plus claire sous la matière grise. D’autre part, dans la moelle épinière, l’ordre est inversé; la substance blanche représente la partie externe tandis que la matière grise constitue la partie interne.

Mais pourquoi la matière grise est-elle grise et pourquoi la substance blanche est-elle blanche ?

La matière grise est constituée de corps cellulaires centraux arrondis ou également connus sous le nom de neurones somas. Lorsque les corps cellulaires sont condensés ensemble, ils apparaissent plus sombres. Tandis que la substance blanche est principalement composée d’axones; les longues tiges qui relient les neurones entre eux. Ces axones sont enveloppés dans une gaine de myéline qui est une couche protectrice de couleur blanche.

Donc, en conclusion, les différents composants des deux parties sont la raison pour laquelle les deux zones apparaissent avec des nuances différentes sur certains scans.

 

Et maintenant, comprenons comment fonctionne le cerveau.

Normalement, le cerveau envoie et reçoit des signaux chimiques et électriques dans tout le corps. Différents signaux signifient différents processus et le cerveau peut interpréter ce que chaque signal signifie.

Certains signaux vous font sentir le toucher, tandis que d’autres vous font ressentir de la douleur.

Certains signaux et messages sont conservés dans le cerveau tandis que d’autres sont envoyés à travers la moelle épinière et à travers l’énorme réseau de nerfs du corps jusqu’aux extrémités. Le cerveau peut le faire très rapidement en fonction du grand nombre de cellules nerveuses dans le corps humain.

Je vais vous donner un exemple: Si vous voulez bouger votre pouce, combien de temps faut-il entre penser à bouger votre pouce et le déplacer réellement? Presque pas le temps.  C’est principalement parce que notre corps a des milliards de cellules nerveuses de sorte que les signaux ne prennent pas de temps pour atteindre l’organe ou la partie ciblée.

 

En plus de la substance blanche, de la matière grise et des neurones, le cerveau à un niveau supérieur est divisé en trois parties: les hémisphères cérébraux, le tronc cérébral et le cervelet. Chacun d’eux a un travail spécifique. Par exemple, les hémisphères cérébraux, qui constituent la plus grande partie du cerveau, sont responsables de l’initiation et de la coordination des mouvements, de la régulation des températures, de la parole, de la pensée, du jugement et du raisonnement. C’est pourquoi tout dommage dans une zone spécifique du cerveau peut montrer un ensemble différent de symptômes et de signes.

 

Mais quel type de dommages peut survenir au cerveau? Je veux dire, il est bien protégé dans les os du crâne.

Bien sûr, le cerveau est bien protégé, mais que se passe-t-il si les dommages viennent de l’intérieur? Que se passe-t-il si les dommages se font sous la forme de tumeurs? Avez-vous déjà entendu parler de tumeurs cérébrales?

Une tumeur cérébrale est une prolifération ou une masse de cellules anormales qui prend départ dans le cerveau. Et parce que le crâne est très rigide, toute croissance à l’intérieur de cet espace restreint peut causer de graves problèmes.

Et tout comme les autres tumeurs, les tumeurs cérébrales peuvent être cancéreuses (malignes) ou non cancéreuses (bénignes). Mais quel que soit le type, lorsqu’une tumeur maligne ou bénigne se développe dans le cerveau, elle provoque une augmentation de la pression à l’intérieur du crâne, ce qui finira par entraîner des dommages au cerveau.

 

Il existe de nombreux types de tumeurs cérébrales.

Alors, quels sont les types de tumeurs cérébrales?

Les tumeurs cérébrales sont classées comme des tumeurs primitives ou secondaires.

Commençons par les tumeurs cérébrales primitives.

Les tumeurs primitives sont les tumeurs qui proviennent du cerveau lui-même ou des tissus proches de celui-ci, tels que les membranes recouvrant le cerveau appelées méninges, les nerfs crâniens, l’hypophyse ou le corps pinéal.

La tumeur commence lorsque les cellules normales du cerveau développent une mutation dans leur ADN. Cette mutation indique aux cellules de se diviser et de se développer hors de contrôle et de continuer à vivre au-delà de leur durée de vie. Finalement, cette croissance anormale conduit à la formation d’une masse.

Chez les adultes, les tumeurs cérébrales primitives sont beaucoup moins fréquentes que les tumeurs secondaires.

Il existe différents types de tumeurs cérébrales primitives, chacune impliquant un type de cellule différent, tel que:

  • Gliomes: Cette tumeur peut commencer dans le cerveau ou la moelle épinière; elle inclut des cellules cérébrales spécifiques telles que l’astrocytome et les épendymomes.
  • Méningiomes: C’est la tumeur qui provient des méninges qui entourent le cerveau de la moelle épinière. La plupart de ces tumeurs sont bénignes.
  • Neurinomes de l’acoustique: Ce sont des tumeurs bénignes qui se développent dans le nerf crânien responsable de l’équilibre et de l’audition.
  • Adénomes hypophysaires: Ils proviennent de l’hypophyse à la base du cerveau. Il peut perturber les niveaux des hormones hypophysaires dans le corps.
  • Médulloblastome: C’est une tumeur cancéreuse au cerveau et se développe le plus souvent chez les enfants. Cependant, il peut survenir à tout âge. Il commence généralement dans la partie inférieure du dos du cerveau et se propage à travers le liquide céphalo-rachidien.
  • Tumeurs germinales: Ce type peut se développer pendant l’enfance dans les sites des testicules ou des ovaires. Mais parfois, il affecte d’autres parties du corps telles que le cerveau.
  • Craniopharyngiomes: Ce sont des tumeurs cérébrales rares qui se développent près de l’hypophyse. Au fur et à mesure qu’il grossit, il affecte l’hypophyse et d’autres parties du cerveau.

 

Quant aux tumeurs cérébrales secondaires, ce sont les tumeurs qui proviennent d’ailleurs dans le corps puis se propagent au cerveau en tant que tumeur métastatique secondaire. Ils surviennent le plus souvent chez les personnes qui ont déjà une histoire de cancer.

Chez les adultes, les tumeurs cérébrales secondaires sont beaucoup plus fréquentes que les tumeurs primitives.

Tout type de cancer peut se propager au cerveau, mais les plus fréquents comprennent:

  • Cancer du sein.
  • Cancer du côlon.
  • Cancer du rein.
  • Cancer du poumon.
  • Mélanome.

Les tumeurs cérébrales secondaires sont toujours malignes.

 

Supposons que quelqu’un ait une tumeur au cerveau et ne le sache pas. Quels sont les symptômes ou les signes qui peuvent dire à quelqu’un qu’il a besoin d’un examen de son cerveau?

Les symptômes des tumeurs cérébrales sont très différents d’une personne à l’autre.  Les symptômes varient également en fonction de la taille, de l’emplacement et du taux de croissance de la tumeur.

Les symptômes comprennent:

  • Nouvelle apparition ou changement dans le schéma des maux de tête.
  • Nausées ou vomissements inexpliqués.
  • Maux de tête qui deviennent plus fréquents et plus graves.
  • Confusion.
  • Changements de comportement ou de personnalité.
  • Problèmes de vision tels que vision floue ou vision double.
  • Perdre progressivement la sensation ou le mouvement d’un bras ou d’une jambe.
  • Difficulté d’équilibre.
  • Difficultés d’élocution.
  • Convulsions.
  • Difficultés à se concentrer.
  • Vomissements en jet sans rapport avec les repas.
  • Fatigue.
  • Difficulté à prendre des décisions.
  • Difficulté à suivre des règles simples.
  • Problèmes d’audition.

 

Mais qu’est-ce qui cause les tumeurs cérébrales en premier lieu?

Chez les personnes atteintes de tumeurs cérébrales primaires, les médecins ne connaissent pas encore les causes. En règle générale, les tumeurs surviennent généralement lorsqu’il y a une mutation de l’ADN dans les cellules.

Cependant, certains facteurs  augmentent le risque de tumeurs cérébrales, notamment:

  • Exposition aux rayonnements: Les personnes qui ont été exposées à des rayonnements ionisants sont plus à risque de développer des tumeurs cérébrales. Les rayonnements ionisants sont le type de rayonnement utilisé dans le traitement du cancer.
  • Antécédents familiaux de tumeurs cérébrales: Certaines personnes - qui ont une tumeur au cerveau - ont des antécédents familiaux de tumeurs cérébrales ou des antécédents familiaux de syndromes génétiques qui augmentent le risque de tumeurs cérébrales.
  • Exposition à certains produits chimiques.

 

Alors, les tumeurs cérébrales sont-elles fréquentes?

Malheureusement, elles sont fréquentes. Par exemple, en 2013 en République de Corée, un total de 11 827 patients ont été diagnostiqués de tumeurs primitives du cerveau et du SNC. La tumeur la plus courante était le méningiome.

 

Et parce que « mieux vaut prévenir que guérir », existe-t-il un moyen de prévenir les tumeurs cérébrales?

En fait, on ne peut pas prévenir les tumeurs cérébrales, mais on peut réduire le risque de développer des tumeurs cérébrales en évitant leurs facteurs de risque tels que le tabagisme et l’exposition excessive aux rayonnements.

 

Notre rôle aujourd’hui est de répondre à la plupart de vos questions concernant les tumeurs cérébrales. Aujourd’hui, nous avons le docteur Park qui est un médecin de premier plan à l’Université catholique de Corée, Bucheon St. Mary’s Hospital en Corée. Il va nous parler de tout ce qui concerne les tumeurs cérébrales d’un point de vue médical expérimenté.

Interview:

Brain-Tumour-fdd90e80-feef-4c19-a75f-0b403aab7600.jpg

Docteur Park, qu’est-ce qu’une tumeur au cerveau?

La tumeur cérébrale est un cancer qui affecte toutes les parties du cerveau et ses structures environnantes.

Quelles sont les causes habituelles de la tumeur au cerveau?

Toutes les tumeurs cérébrales surviennent lorsque la division cellulaire normale et le cycle de vie des cellules sont perturbés et entraînent une division et une croissance cellulaires incontrôlées et à un rythme rapide. Il affecte la capacité de la cellule normale à fonctionner normalement. Lorsque la masse tumorale se développe très lentement, nous l’appelons tumeur bénigne. Et lorsque la masse tumorale se développe très rapidement, nous l’appelons tumeur maligne. Ainsi, même avec le cancer du cerveau, nous les divisons en tumeurs bénignes et malignes. Ce qui cause précisément les tumeurs n’est pas encore entièrement connu. Donc, en un mot, le cancer du cerveau est une croissance rapide et incontrôlée des cellules, mais les raisons pour lesquelles il apparaît ne sont pas encore connues.

Nous venons de parler des types de tumeurs cérébrales, non? Sont-ils tous malins?

Les tumeurs peuvent être divisées en types bénins et malins. Si malins nous les traitons tout de suite mais si c’est bénin, nous avons tendance à surveiller et à attendre. Nous voyons dans le cancer du cerveau environ 50% malin et 50% bénin. Bien sûr, s’il est malin, nous le traitons immédiatement, mais parfois, même s’il est bénin, nous devons le traiter chirurgicalement ou par chimiothérapie si la tumeur est de taille importante et affecte les fonctions du cerveau. Ainsi, environ la moitié des cas sont malins et l’autre moitié sont bénins.

Quels sont les symptômes, généralement que les patients atteints de tumeur au cerveau présentent ?

Les symptômes de la tumeur cérébrale dépendent de la taille de la tumeur. Lorsqu’elle est petite, il n’y a pas de symptôme. Mais au fur et à mesure que la tumeur se développe et que la pression cérébrale augmente, les symptômes typiques incluent des maux de tête le matin au réveil après, la douleur s’atténue à midi. La progression des maux de tête dans ce modèle est un symptôme typique de la tumeur cérébrale. Mais si la tumeur se propage, les jambes, les bras et les parties du corps qui traitent la parole, même si la tumeur est petite, il peut y avoir une perte d’énergie, un sens étrange du toucher, des troubles de la parole ou une perte de vision complète. Ainsi, en fonction de l’emplacement de la tumeur, les symptômes peuvent varier. Si la tumeur est grande, quel que soit l’emplacement, en raison de l’augmentation de la pression cérébrale, il peut y avoir des maux de tête matinaux, qui sont des symptômes typiques.

D’ACCORD. Si quelqu’un est soupçonné d’avoir une tumeur au cerveau, quel type de tests peut-on faire pour la confirmer?

Le diagnostic des tumeurs cérébrales est difficile à porter à travers les symptômes. La TDM ou l’IRM sont nécessaires pour un diagnostic précis. En particulier, l’IRM qui est un outil de diagnostic important. Grâce à l’IRM, nous pouvons même trouver des tumeurs de moins d’un centimètre de diamètre. Nous pouvons même différencier les tumeurs bénignes des tumeurs malignes. Donc, pour diagnostiquer les tumeurs cérébrales, nous avons besoin d’IRM ou au moins de tomodensitométrie TDM, mais la résolution de la tomodensitométrie est plus faible. Pour diagnostiquer avec précision la tumeur cérébrale, nous avons besoin d’une IRM.

Dans le cas où c’est confirmé qu’il s’agit d’une tumeur au cerveau, est-elle curable ou n’y a-t-il pas de remède pour cela?

Comme nous l’avons déjà dit, il existe des tumeurs malignes et bénignes. Les tumeurs bénignes sont généralement guéries par chirurgie. Les tumeurs malignes peuvent être divisées en deux types – celles qui se propagent au cerveau et celles qui ont commencé dans le cerveau. Les tumeurs qui se propagent au cerveau, nous devons trouver où cela a commencé. Par exemple, au niveau des poumons, du foie, ou de l’estomac et nous devons connaître son stade. Dans ces cas, la chimiothérapie avec la chirurgie est généralement suffisante pour traiter avec succès sans récidive. Juste en surveillant le cerveau, le traitement a tendance à être réussi. Mais ce qui affecterait la durée de vie des patients, c’est la tumeur d’origine. Les cancers qui proviennent du cerveau tels que le glioblastome multiforme, même après un traitement chirurgical et de chimiothérapie, la durée de vie des patients est considérablement raccourcie. Habituellement moins de deux ans. Les tumeurs cérébrales malignes qui commencent dans le cerveau sont difficiles à guérir.

Dans les cas où la chirurgie est difficile à faire, peut-elle être traitée avec d’autres types de traitements?

Le traitement standard pour les tumeurs cérébrales est la chirurgie. Dans la procédure, nous enlevons la tumeur et étudions le problème. Nous avons recours à la radiochirurgie lorsque l’emplacement est difficile à atteindre et, ce faisant, des dommages collatéraux sont probables. La radiothérapie se concentre uniquement sur les cellules cancéreuses afin d’arrêter la croissance incontrôlée du cancer.  Et dans le cas où nous avons discuté qu’il y a malignité, nous complétons avec la radiothérapie après la chirurgie environ tous les six mois environ. Nous utilisons le rayonnement dans ce cas sur l’ensemble du cerveau et les cellules cancéreuses réagissent particulièrement au rayonnement. Ainsi, lorsque la chirurgie ne peut pas enlever toutes les cellules cancéreuses, nous complétons le traitement par la radiothérapie. Nous utilisons également la chimiothérapie pour les tumeurs malignes. La chimiothérapie est administrée après la radiothérapie afin de prévenir la récidive des tumeurs. Ainsi, dans les traitements, nous avons la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie – essentiellement trois types de traitements.

D’ACCORD. Dans le cas d’un traitement complet. Quelle est la probabilité que la tumeur se reproduise?

Lorsqu’elle est bénigne, la chirurgie seule fait le travail. Avec les tumeurs malignes qui se sont propagées dans le cerveau, la chirurgie et la radiothérapie sont généralement suffisantes pour guérir. Mais pour le cancer malin qui a commencé dans le cerveau, ce n’est pas très prometteur. Nous devons également distinguer par stade tumoral. En regardant le troisième et quatrième stade, pour le troisième, en moyenne, un patient peut avoir 5 à 8 ans. Pour le quatrième, c’est souvent inférieur à 2 ans. C’est le plus malin.

Nous avons parlé de chirurgie. Pouvez-vous développer ou expliquer comment se fait la chirurgie?

Pour toutes les chirurgies de tumeurs cérébrales, nous réalisons des IRM ou des tomodensitométries pour localiser avec précision l’emplacement de la tumeur. De nos jours, nous utilisons la neuro-navigation dans la salle de chirurgie pour déterminer l’emplacement exact. Au lieu d’ouvrir toute la tête, nous n’ouvrons que l’emplacement où se trouve la tumeur. Nous faisons une incision car la tumeur se trouve à l’intérieur du cerveau. On retire ensuite l’os du crâne de la zone d’incision. Ensuite, nous ouvrons le cerveau pour y accéder. Après l’avoir localisée, nous n’enlevons que la tumeur seule, nous préservons les parties saines du cerveau et limitons autant que possible les dommages collatéraux. Nous utilisons des sondes électriques dans le cerveau pour le surveiller afin d’éviter tout dommage inutile. Depuis que nous surveillons en temps réel les blocages sanguins et les pressions excessives, nos taux de réussite ont considérablement augmenté par rapport à il y a dix à 15 ans. Dans le passé, il y avait beaucoup de complications, maintenant nous n’avons qu’environ un pour cent avec des complications. C’est devenu très bon.

D’ACCORD. Existe-t-il une méthode chirurgicale pour minimiser la plaie après la chirurgie?

Oui, même dans cette catégorie, ça s’est beaucoup amélioré. Le type que je fais souvent, la chirurgie mini-invasive est utile. J’ouvre une incision dans la région des sourcils au lieu du crâne. Pour ce type de procédure, nous avons besoin de navigation, de télescopes chirurgicaux haute définition, d’endoscopes, etc. Nous utilisons tous ces outils pour minimiser les cicatrices. De cette façon, la récupération est plus rapide et le fardeau psychologique sur le patient est également plus faible. Normalement, lorsqu’une personne subit une chirurgie du cerveau, elle peut avoir un effet traumatique sur le plan émotionnel, mais avec la méthode mini-invasive pénétrant dans la région des sourcils au lieu du crâne, le patient peut croire qu’il s’agit d’une chirurgie moins grave qui affecte positivement le bien-être psychologique et accélère la récupération.

Y a-t-il des précautions qu’une personne devrait prendre après une chirurgie de tumeur cérébrale?

Même après la chirurgie, il n’y a aucune différence dans ce qu’une personne peut faire. Ainsi, au lieu de se sentir mal et déprimé, il faut mener une vie normale et cela aidera également au processus de récupération. Sans mouvement régulier et sans exercice, les effets secondaires tels que les maux de tête s’aggravent. Un manque de coordination et une dépression peuvent survenir s’ils sont laissés seuls. Donc, je recommande au patient de faire tout ce qu’il a fait avant la chirurgie. Aussi, gardez les mouvements et les exercices.

 

Conclusion

Les tumeurs cérébrales sont des tumeurs qui affectent n’importe quelle partie du cerveau. Elles surviennent lorsqu’il y a perturbation de la division cellulaire normale et du cycle de vie des cellules, entraînant une division et une croissance cellulaires incontrôlées et rapides. Cependant, la cause exacte de ces cancers n’est pas encore élucidée. 

Les tumeurs cérébrales peuvent être bénignes ou malignes, la prédominance est égale dans les deux cas.

Les symptômes sont dominés par les maux de tête matinaux, avec des atteintes des autres fonctions du corps au fur et à  mesure que la tumeur progresse. 

Le traitement de base est la chirurgie pour les tumeurs bénignes, la chirurgie appuyée par une radiothérapie et chimiothérapie pour les tumeurs malignes.

Des articles

Autres Articles